Comment mesurer un son

Comment mesurer un son ?

II/ Comment mesurer un son :

decibel-argile.jpg

Vous avez dit décibel ?

L’unité du décibel n’est pas du tout simple. Le décibel (dB) est un 10ème de bel (référence à Alexander Graham Bell, américain, inventeur du téléphone) est créé en 1923 par des ingénieurs d’un laboratoire fondé par Alexander Bell.

Il faut faire mieux connaitre cette notion de décibel, peu de gens la comprennent et se retrouvent en position difficile.

C’est une fonction logarithmique qui définit les dB et non une fonction linéaire comme pour définir la masse, la température ou la longueur. Le décibel est plus difficile à évaluer que d’autres mesures comme le mètre ou le kilogramme. Pour doubler la puissance sonore d’un piano par exemple, deux pianos ne suffiront pas.

Y=log(x)

Voici l’allure d’une courbe logarithmique de base 10 : y = log(x) (pour x=10 y=1)

 log.jpg

Le sonomètre est un appareil qui permet de mesurer le nombre de dB que l’on perçoit.

Il est apparu depuis quelques mois des sonomètres sur Smartphone et les résultats seraient très intéressants selon Christian Hugonnet ingénieur acousticien, président de l’association La Semaine du Son. De plus, on commence à avoir des équipements qui permettent de distinguer le bruit des uns et des autres (par exemple : le sonomètre enregistre le niveau d’une machine à laver, lorsque le sonomètre enregistre un son de même puissance sonore, il le reconnaîtra comme un provenant d’une machine à laver)


 dB et Fréquence 

L’oreille entend entre 0 et 120 décibels mais cela reste subjectif car la notion de son est complexe, et la notion de décibel ne peut être simple. Lorsqu’on parle de niveau sonore, il faut également intégrer la notion de fréquence à laquelle est émis le son. 

L’oreille humaine n’entend pas en dessous de 0 dB à une fréquence de 1000Hz.

On peut percevoir moins que 0dB sur une échelle de 3000Hz par exemple.

On ne perçoit qu’à partir de 35dB à 63Hz

Généralement les mediums sont les plus entendus, les graves et les aigus sont moins bien  entendus.

Il existe un mode loudness sur la télévision, les amplis et certains casques que l’on peut activer à faible niveau sonore afin de remonter les graves ainsi que les aigus pour équilibrer. Il ne faut surtout pas l’activer à un niveau fort car à niveau fort tout s’équilibre.

 

Il existe plusieurs variantes du décibel. Le plus utilisé est le décibel A qui permet de mesurer ce qu’entend l’oreille de façon globale. C’est un décibel pondéré en fréquence : moins d’importance aux graves et aux aigus, plus d’importance aux médiums donc plus représentatif pour ce qu’entend l’Homme.

 

0dB perceptible ou pas du tout ?

Pas exactement. Le dB n’existe pas en tant que 0. A 10 voire à 20 dB, c’est un calme très absolu. Le 0dB n’est percevable qu’a 6 pieds sous terre !

Si on ne parle pas dans un studio d’enregistrement, le niveau sonore est déjà à 25dB.

Le Boléro de Ravel par exemple varie entre 40dB et 80dB.

Les «tutti quanti» d’orchestre peuvent aller jusqu’à 100dB.

Une voix chuchotée entendue à un mètre est à 40dB.

Notre monde de tout les jours se joue entre 40 et 100dB.

180px-math-problem-wtf-1.jpg

L’univers du logarithme !

 

Si j’ai une mobylette qui a une puissance sonore de 50dB. Admettons 50dB=log(x)

Si j’ai deux mobylettes, je n’ai pas une puissance sonore de 2xlog(x) mais de log(2x). Donc une puissance de 53dB et non de 100dB. Tous les 3dB le niveau sonore est doublé. 

Il faut cependant distinguer la puissance sonore et la sensation de doublement. La sensation de doublement se ferait tous les 10dB.

 

Pourquoi l’unité ne rassemble pas la sensation et la pression acoustique ?

Tout d’abord on ne peut pas mesurer la sensation il est extrêmement difficile voire impossible de la rendre parfaitement objective.

La mesure physique est certes indispensable, mais ne quantifie pas la nuisance ressentie ou réelle.

 

La perception du bruit

Un même niveau de bruit, on l’accepte ou non. Le bruit peut être une musique que l’on aime ou lorsque l’on accepte son propre bruit.

La psycho acoustique, le fait que le cerveau décide si le bruit est gênant ou irritant, intervient également, et c’est un phénomène complètement différent d’un individu à un autre.

On n’est pas semblable en matière de nuisance sonore car il y en effet des différences de tolérance. Par exemple des bruits peuvent générer une hormone du stress et on attache une attention démesurée à un geste, un bruit de chewing-gum, une personne qui grince sa fourchette sur ses dents…

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site